Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine - Tourisme > Historique

Formulaire de recherche

Historique

Le Plessis-Feu-Aussoux, village le moins étendu du centre Brie, est habité par 515 Plessis-Ansoldiens.
A l'origine, la commune était nommée Ansoldus Plessio (vers 1174) du nom du Seigneur Ansoldus. Plessio se transforma en Plessis. Le terme "feu" apparaîtra plus tard après le décès du Seigneur.
Historiquement le village connaît d'abord une situation bien particulière puisqu'il se trouve dans une "Marche" entre le Comté de Champagne et le Royaume de France, c'est à dire une zone revendiquée par ces deux puissants Seigneurs. Il faudra attendre 1285 et l'accession au trône de Philippe Le Bel, pour que le fief soit rattaché à la Couronne de France.
Deux siècles plus tard, les Chartreux vont en acquérir la majeure partie et la garderont jusqu'à la Révolution. Mais il faudra attendre encore plusieurs dizaines d'années pour qu'enfin, en 1850, une route soit construite et désenclave le village.

L'église, déjà citée en un acte de 1339, était probablement la chapelle de la résidence seigneuriale. En effet on peut apercevoir que, côté rue, le mur de l'église fait corps avec un mur d'enceinte. A l'origine les patrons étaient Saint Cosmes et Saint Damien. Vers 1680, l'église sera sous le vocale de Saint Nicolas qui devient le premier patron. Le clocher fut édifié vers 1802. Une Vierge à l'enfant en bois polychrome datant du 18ème siècle fut classée Monuments Historiques en 1975. Le retable du Maître-Autel en bois sculpté et ses 3 étoiles (Saint Nicolas, Saint Pierre et Saint Jean) ainsi que la grille de Communion en fer forgé furent classés en 1980.
En 2000, ce fut la cloche, qui date de 1523 qui devient Monument Historique. Le Caquetoire, auvent situé devant le porche a été reconstruit en 1999.

Jacques Champion de Chambonnières (1601-1672), claveciniste à la Cour de Louis XIII puis de Louis XIV, a habité le village. Ami des Couperin, il les introduira à la Cour de Louis XIV.

Le pei
ntre Jean Commère, né en 1920, a vécu au Plessis-Feu-Aussoux de 1954 à sa mort en 1986. Ses paysages briards étaient exposés dans une galerie à Paris.